L’accouchement naturel, quelle expérience !


maman / dimanche, septembre 9th, 2018

Avant même ma première grossesse, j’imaginais déjà accoucher naturellement, sans péridurale. C’était pour moi comme une évidence. Je ne pouvais affirmer que j’allais y parvenir, mais j’étais certaine de vouloir essayer, d’aller au bout de ce qu’il m’était possible de supporter.
Alors, lorsque j’appris avec bonheur que j’étais enceinte, la question ne se posait plus. De nombreuses femmes, ( je pense à nos grand-mères en disant cela ), l’avait fais avant moi, il m’apparaissait naturel de faire de même.
Un choix pas toujours bien compris et souvent les mêmes questions qui reviennent :
– » Qu’est ce qui te pousse à faire ce choix ? »
– « Pourquoi accepter une telle souffrance alors qu’il existe des moyens médicaux fiables pour l’éviter ? »,
et ma réponse est simple puisqu’il s’agit d’une réflexion qui ne date pas d’hier ! C’est ma façon à moi d’assumer mon souhait d’avoir un enfant, d’assumer la maternité tout simplement.

Malgré un certain manque de confiance en moi au quotidien, j’avais à ce sujet une réelle confiance en mes capacités. Et je pense que c’est le point de départ primordial pour y parvenir avec sérénité.
Mais il faut également se préparer à toute éventualité, et accepter que les choses puissent prendre une tournure différente, afin de ne pas se mettre une pression inutile.
Il est d’ailleurs d’autant plus important pour les femmes souhaitant accoucher sous péridurale, de se préparer à l’éventualité de ne pas en avoir afin de ne pas en garder un souvenir traumatisant si les choses ne devait pas se dérouler comme prévu !

L’accouchement est une expérience formidable, intense, qui nous offre l’opportunité d’ÊTRE dans l’instant, entièrement. L’opportunité d’approfondir la connaissance de SOI, la chance de ressentir des émotions particulières, avec intensité.
Je ne souhaite pas, en écrivant cet article, idéaliser cette dure étape de la maternité, simplement en partager les meilleurs aspects, aider à percevoir la magie qui s’opère au cours d’une telle expérience. Car la douleur, les angoisses, la durée interminable de l’accouchement, le babyblues, les douleurs post-natales,… tout le monde le sait et tout le monde en parle.
Je pense pourtant qu’il serait préférable de se focaliser davantage sur les bénéfices que l’on peut tirer de l’accouchement, et de la maternité en général, la transformation qui s’opère en nous et ne pas oublier que les épreuves difficiles auxquelles nous pouvons être confrontées ont pour but de nous faire grandir !

Pour en revenir à ma première grossesse, j’ai décidé d’accoucher en maison de naissance, je vivais alors sur l’Île de la Réunion, car j’imaginais que ce genre de structure était le plus adapté à l’accouchement naturel, ( je n’y ai finalement pas trouvé satisfaction ).
Cependant, avec le soutien de mon conjoint et l’ambiance de la chambre, avec sa baignoire, ( LE point positif d’une maison de naissance ), je suis parvenue à rester dans ma bulle durant ces longues heures de travail qui me plongèrent dans un état second, et ainsi donner naissance à ma première fille naturellement, sans péridurale, comme je l’avais imaginé. Non sans difficultés puisqu’à cause d’une double circulaire du cordon ombilical qui l’empêchait de sortir, l’utilisation des ventouses s’est imposé.

Ce que je retiens de ce premier accouchement, c’est la puissance de l’instant, l’intensité des émotions ressenties, la capacité du corps et de l’esprit à s’adapter pour mieux supporter une telle expérience, et cette notion de délivrance lors de l’expulsion de bébé dont j’en compris profondément le sens à cet instant.
Bébé est née, une joie immense m’envahit alors !

accouchement naturelaccouchement naturelaccouchement naturelaccouchement naturelaccouchement naturel

A peine 9 mois plus tard, ma seconde fille apparaissait dans mon ventre, une magnifique expérience allait débuter pour nous, encore jeunes parents, celle de parents de deux enfants d’âge rapprochés.
Je dois avouer que mes premières émotions furent le doute et la peur, de ne pas être à la hauteur, de ne pas y arriver. Étant encore maman allaitante, la fatigue était encore bien présente.
Mais la joie et l’opportunité qui nous était donné d’accompagner ces deux Êtres, ensemble, sur le chemin de la Vie était bien plus grande !
Le Bonheur effaça alors peu à peu ces premières angoisses.

Au vu de ce qu’avait pu être le suivi de ma première grossesse en maison de naissance, je décida cette fois de suivre un cursus plus classique en clinique, cette fois-ci dans le sud de la France.
Je dois dire que seulement quelques mois après un accouchement naturel, mon souhait de réitérer l’expérience était présent mais bien moins considéré comme une évidence… Sachant justement ce qui m’attendait, l’appréhension était bien plus grande.
Mais les 9 mois de grossesse ne sont pas un hasard et nous ont permis de nous préparer toutes les 2 à vivre cette étape, car non je n’ai pas suivi de cours de préparation à la naissance ni pour l’une ni pour l’autre. Je conseillerai tout de même d’en suivre au moins pour le premier accouchement, quelques conseils sont toujours bons à prendre !

L’angoisse qui m’a malgré tout suivie jusqu’au bout était celle d’accoucher seule, sans mon conjoint, puisque je n’avais personne pour garder ma première fille. Une problématique qui n’a pu être résolue au préalable mais vous allez voir à quel point la Vie est bien faite et que rien n’est hasard. Encore une preuve de la confiance que je peux lui accorder…

Perturbée par des contractions de travail depuis plusieurs jours et après un aller resté vain aux urgences maternité, on me rassure en me disant que ce n’était pas pour maintenant et que plusieurs jours voir une ou deux semaines pouvaient encore s’écouler.
Seulement, à peine 2 jours plus tard, la douleur s’intensifia brusquement, les contractions ne me laissaient que peu de répit, je senti alors que c’était maintenant ou jamais ! Je me hissa, non sans peine, dans la voiture, et nous voilà partis, mon conjoint, ma fille et moi, en direction de la maternité.
L’heure de route qui nous séparait de la clinique me sembla une éternité, ( sans compter l’arrêt inévitable à la station service… car oui nous sommes des personnes très prévoyantes… :)) et je sentais qu’il était temps que l’on arrive…
Je ne cru pas si bien dire puisque 5 minutes après notre arrivée, ma deuxième fille était née, un « accouchement express » selon l’expression des sage-femmes ! A peine le temps pour mon conjoint de garer la voiture sur le parking, et il n’avait plus qu’à venir à la rencontre de cette petite fille qui est venue compléter notre bonheur.

Un accouchement magique, comme j’en souhaite à toutes les femmes, où seul l’Amour était au rendez-vous. L’Amour et le Bonheur d’être entourée de mes deux filles, deux Êtres authentiques, pures qui donnent un sens à notre Vie au quotidien, qui nous donnent la force de persévérer, d’avancer et de donner le meilleur de nous-même à chaque instant !

Je conclurai en précisant que ce n’est pas une question de courage, comme on me l’a souvent complimenté, que d’accoucher naturellement, sans péridurale, c’est une question de convictions propres à chacune, et la fierté qui en découle n’est pas plus grande que pour les femmes ayant accouchées en bénéficiant de moyens médicaux modernes. La fierté reste celle d’avoir mis au monde son bébé, la fierté d’être devenue maman pour la première fois ou une nouvelle fois, la fierté d’avoir grandi d’une si vive mais si belle expérience, et surtout cette envie, immense, d’accompagner son enfant avec Amour et bienveillance, sur le Chemin de la Liberté !

« Je suis connectée à l’Énergie Divine,
Connectée à la Terre,
J’accompagne mon bébé en confiance
sur le chemin de son incarnation.

Tranquillement, harmonieusement, tel un lotus qui fleurit,
mon corps ouvre le passage pour mon précieux bébé. » Auteure Anonyme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.